La pièce “La transaction” : “cette maison n’est pas à vendre !”

Le Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi-Ouzou a présenté, dans la soirée du 14 Mars 2021,dans le cadre de la compétition du 14e Festival national du théâtre professionnel (FNTP), la pièce «Tanigawt» (La transaction)

Ecrite par Mahi Ben Amara et mise en scène par Benhassine Haïder, l’histoire de Tanigawt se déroule dans un taudis ou un groupe d’artistes passent tout leur temps à répéter

Campés par Ramzi Achour, Yazid Keroui,Azarouil Dalila, Naït Abderrahmane Soraya, Ahmed Makhlouf, Abdelkrim Arab, Adel Ouahab et Younes Hammoum, des membres de cette association sont, dans un premier temps, favorables à la transaction : hypothéquer le local, un bien commun, sans que l’autre partie ne le sache.La transaction est prévue en secret, mais leurs intentions finissent par éclater au grand jour

« La transaction » s’intéresse à la situation des artistes à travers quatre personnages principaux qui sont un peintre de renom, un grand musicien, un sculpteur et un écrivain qui vivent en colocation dans un vieux taudis de trois chambres et qui souffrent de la pauvreté

Dans cette pièce, la dramatisation du texte a pris son caractère tout en préservant l’esprit du texte original dans sa dimension humaine, et la cause de chaque artiste qui défend son message, quelle que soit l’ampleur du décalage dans les idées de chaque artiste

C’est une affaire d’argent. Chacun pense déjà à ce qu’il ferait avec la part qui lui reviendrait. Cela leur fait perdre la tête. Mais, l’autre partie des comédiens refusent de céder et veulent à tout prix garder cette espace où ils ont tout appris

Le metteur en scène a voulu adopter la technique du théâtre dans le théâtre. La pièce repose sur la simplicité, s’appuyant sur l’aspect expérimental comme approche contemporaine, dans le but de transférer le destinataire dans un monde hanté par l’hypothèse, l’anticipation et l’envie d’explorer le suivant

Le metteur en scène a utilisé des techniques dans l’expérimentation, incarnant des mouvements expressifs avec des connotations et des contenus qui servent de lien entre les événements, la technique du monologue intérieur qui est un tributaire de la présentation, qui permet de communiquer avec le destinataire et lui faire comprendre, s’informer et prêter attention au comportement de chaque personnage

Lors du débat qui a suivi le spectacle, Ahcene Tlilani a affirmé que « dans le théâtre mondial, la réussite d’une pièce se construit grâce à son titre. Le titre est très important. Alors il faut éviter de se tromper sur sa traduction, comme est le cas dans cette pièce »

La pièce relate, selon M.Tlimani « la situation d’un artiste ou d’un intellectuel, qui est une situation catastrophique. C’est-à-dire que l’intellectuel est pauvre et qu’il fait face de grandes pressions »

La troupe du TR de Tizi-Ouzou ont choisi un thème très intéressant car « il reflète la réalité » dira-il.  Et d’ajouter : « J’aurais souhaité que cela soit le cas pour tous les autres théâtres. Malgré que dans cette pièce, l’intrigue n’est pas totalement compréhensive, mais cette pièce à procurer un très beau jeu »

En l’absence du metteur en scène, c’est la critique Fariza Chemakh qui a prit la parole pour défendre la pièce. « Le spectacle est entré dans un cadre pédagogique, dans le sens ou nous avons travaillé sur certaines techniques expérimentales,afin d’encadrer les comédiens sur les planches »

Concernant le suivi critique d’un spectacle dans le théâtre algérien, Fariza Chemakh, dira : « J’ai accompagné la pièce du côté critique. A l’origine c’était simplement une idée de formation dans une production d’une pièce de théâtre, mon travail consiste à accompagner toutes les étapes du spectacle, que cela soit la scénographie, le chorégraphe, la musique le jeu des comédiens, ou même les techniciens »

Selon la critique son expérience, au sein de cette production a été « vraiment enrichissante, je souhaite que cette dernière soit employée dans tous les autres théâtres, car cela apportera beaucoup au spectacle » estimera elle

Par ailleurs, Fariza Chemakh expliquera que le metteur en scène n’a en aucun cas employé de l’absurde dans cette pièce. « C’est un spectacle pédagogique, le metteur en scène à employé la technique du théâtre dans le théâtre, ou vous pouvez  apercevoir plusieurs techniques, à savoir le flash back et le monologue intérieur.C’est un texte structuré selon une dramaturgie classique »

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *