Entretien avec le comédien Hamid Achouri honoré par le FNTP

 Mon but, c’est de semer le sourire”

Hamid Achouri est un homme de théâtre et, surtout,  il est connu pour être une grande figure du petit écran, notamment à travers des séries, des sketchs, ou des émissions. Dans la soirée de jeudi, à l’occasion de l’ouverture de la 14ème édition du Festival national du théâtre professionnel, il a été honoré lors d’un vibrant hommage, aux côtés d’autres personnalités du 4ème art. Dans cet entretien, il nous livre ses impressions.

Le Festival vous a rendu un vibrant hommage, lors de la cérémonie d’ouverture le jeudi 11 mars 2021, que ressentez-vous ?

C’est un hommage qu’attend chaque artiste. Parce qu’il a travaillé, parce qu’il a donné le meilleur de lui-même, parce qu’il a contribué à quelque chose de constructif pour les arts et la culture de son pays. Un hommage ne signifie pas une fin, celle de la carrière de l’artiste, mais un début pour de nouveaux projets, un nouveau départ pour l’artiste.

Que signifie pour vous cet hommage ? 

Cet hommage signifie le retour du Festival national du théâtre professionnel, de la place de l’artiste dans la pratique théâtrale et de son adhésion à l’essor de l’activité artistique. C’est un retour tant attendu par les artistes. Cette  absence a fait que nous, artistes, nous nous sentions dispersés. Et ce retour, il nous a rassemblés, il nous donne de l’espoir. L’ espoir  pour une activité artistique riche et dynamique. J’en suis content et, à la fois, confiant.

Il se trouve que l’hommage ne se ramène pas qu’au festival. C’est tout au long de l’année…

En fait, le festival n’est qu’un prétexte, c’est une occasion pour honorer un artiste, c’est un lieu qui a réuni toute la famille des artistes et de son public. Je remercie beaucoup, et du fond du cœur, les organisateurs qui ont pensé à nous pour nous rendre ce bel hommage, ça m’a fait vraiment plaisir et j’en suis franchement reconnaissant. Mais pour moi, en toute sincérité, le plus grand hommage, c’est celui du public. C’est lorsque ce dernier se rappelle de l’artiste, pense à lui, l’apprécie pour son talent, l’applaudit pour sa performance. Lorsque le public salue le travail de l’artiste parce qu’il est réussi, ça, c’est un hommage et pas des moindres.

Qu’est-ce que vous souhaitez à travers cet hommage ?

Je souhaite, du plus profond de moi-même, une renaissance de la culture et un renouveau des arts. Je souhaite qu’il y ait une révolution culturelle. Il faut toujours penser à faire de la culture, du théâtre, à mettre en place une industrie cinématographique. Si on dit que la culture est une partie de la vie, moi je dis qu’elle est la vie, un élément indispensable à la vie de l’individu et à son épanouissement.

Cet hommage est plus qu’une reconnaissance de l’artiste, c’est davantage un retour à la vie culturelle…

En effet, cet hommage est un retour à la vie, à la vie culturelle. Et en tant qu’artiste, j’ai un projet théâtral. Il s’agit de la pièce « La rue des hypocrites » mise en scène par Ahmed Rezzak ; et pour la télévision, j’ai des projets de plusieurs séries pour diverses chaînes-TV (Echourouk TV, Ennahar TV, El Hadaf TV..). J’espère que je serai à la hauteur et répondrai aux attentes des téléspectateurs. Mon but, c’est de semer le sourire, l’espoir au sein du public.  

Propos recueillis par Yacine Idjer

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *